Category
Organiser

Concours pour un ensemble de 120 logements à Chantepie

FICHE TECHNIQUE

  • 120 logements, collectif, semi-collectif et individuels groupé
  • Accession libre, accession aidée et social
  • Chantepie
  • Pour Qualité de vie Promotion et Marignan Promotion
  • 2019
  • RT2012+
  • Equipe de conception: Lattitude [archi senior], Rocher [archi junior] & AKA [paysagiste]

INTODUCTION

La clairière boisée, entre plein et vide, fermeture et ouverture, transparence et opacité, naturellement, la lumière. Les Lumières s’offrent à nous. Notre travail s’inspire de cette notion de LUMIÈRE qui nous parvient à travers les feuillages offrant une relation intime avec le paysage. Notre démarche architecturale et paysagère s’inspire de la nature et de ses jeux de lumières en reflet, en transparence, en ombres et en nuances.

UN PROJET DE VIE IMAGINÉ POUR SES HABITANTS

La conception paysagère s’ancre dans le territoire et trouve son origine dans le vélum des arbres qui composent la lisière ouest.

Le chapelet de clairières boisées organise l’armature de l’îlot et
offre des lieux de vies hiérarchisés, adaptés aux temporalités et aux usages de chacun.

Comme en forêt, les relations entre architecture et nature sont renforcées et entrent en osmose. Dans la nature, la collaboration entre individus est générée par la symbiose, la capacité d’échanges qui profite aux deux parties.

Dans ce nouveau quartier, la ville et la nature s’interpénètrent, la limite entre le public et le privé s’épaissit, elle devient transition habitée, favorisant ainsi l’émergence de nouveaux usages à partager.

Le travail entre les échelles de l’urbain et du privé favorise l’échange tout en préservant la sphère de l’intime.

La richesse du quartier n’est pas uniquement liée à des hauteurs et des formes différentes, mais à son mode de fonctionnement, horaires et occupations, suivant une diversité d’utilisations.

Une ville résiliente est créative, collaborative, trépidante, vivante.

Ce projet propose un écrin pour la vie de ses habitants.

LE PROJET URBAIN

Ce projet urbain organise des densités variées dans une relation visuelle et d’usages rénovée avec la nature. La campagne, (topographie, haie bocagère, pré) est l’horizon des rues et venelles. Elle se parcours, elle devient l’espace public, une urbanité en lisière, accueillante et active (Le promoteur propose de remplacer son budget publicitaire par une donation à une association pour créer des événements dans le pré urbain).
Architecture et nature ne sont pas en simple vis-à-vis mais dans une relation forte d’osmose.

La campagne et la ville s’interpénètrent, les habitations sont immergées dans un environnement omniprésent.
Le hameau et le quartier s’imbriquent, les volumes sont décalés, fragmentés pour faire entrer le paysage au cœur du projet et créer des percées visuelles depuis l’espace public ; les maisons s’élèvent pour regarder au loin.
La limite entre l’espace public et l’habitation privée s’épaissit, elle devient une transition habitée :
· des sas extérieurs semi-privatifs séquencent les entrées, générant ainsi des ambiances pour favoriser l’émergence de nouveaux usages à inventer
· chaque logement est relié à la nature , il dispose d’un prolongement extérieur : jardin ou vaste terrasse
Les espaces sont créés en fonction des spécificités des situations vues, des orientations, selon les usages et les heures. La lumière est un véritable matériau du projet, présente dans les espaces publics et les jardins, elle évoque la pénombre des sous-bois dans les transitions habitées, transition entre la nature et le chez-soi.
C’est une architecture de relations, d’équilibres, de proportions qui crée des séquences et des continuités à diverses échelles : ville, quartier, habitation.

Plutôt qu’une diversité feinte, nous avons préféré une cohérence de la déclinaison d’un vocabulaire simple (matériaux, formes, ouvertures) pour créer des architectures identifiées dans un territoire harmonieux. Des habitations construites de façon rationnelle, permettant différents modes d’habiter. Constituer un écrin pour la vie, un écrin pour le quotidien pour aujourd’hui et pour demain.

LE PROJET ARCHITECTURAL

LE PARTI ARCHITECTURAL : UNE URBANISATION BUCOLIQUE

Pour chaque type de logement, la réflexion a porté sur la relation rénovée d’osmose entre la ville et la campagne pour mieux répondre aux besoins et aspirations des habitants [rêve de maison individuelle à la campagne] tout en proposant un quartier de ville respectueux de la nature [densité, proximité travail & services].
Les logements collectifs sont organisés comme des maisons de villes [verticalité] accolées sur un rdc dédié aux activités [convivialité, confort].
Les intermédiaires ne sont pas des mini-collectifs mais réellement une imbrication de maison individuelles accolées et superposées avec chacune leur entrée individualisée et leur prolongement extérieur (jardin privatif ou vaste terrasse).
Les maisons individuelles sont organisées comme un hameau urbain, préservant l’intimité de chacun et offrant des espaces de convivialité partagés.

CONCEPTION BIOCLIMATIQUE & DÉVELOPPEMENT DURABLE

La conception des bâtiments est emprunte de bon sens et de rationalité. Partant du principe que tout ce qui est résolu grâce aux dispositions en plan masse est plus efficace et moins cher que ce qui est résolu grâce à la construction, et que tout ce qui est résolu grâce à la construction est plus efficace et moins cher que ce qui est résolu grâce aux dispositifs techniques, nous avons travaillé sur l’implantation et l’orientation (disposition des bâtiments et des pièces), le compromis densité / jeux de volumes, l’isolation et l’inertie, les apports solaires (protection des surchauffes d’été)…
Le procédé constructif tente de proposer le bon matériau au bon endroit et bonne quantité :
– le béton est utilisé pour les fondations, les planchers, les socles : matériau économique, il offre en outre une bonne inertie
– l’ossature bois, utilisée comme un manteau, permet d’obtenir une excellente isolation sans pont thermique. Le surcoût est compensé par le recours à un bardage en tôle
– nous privilégierons les isolants biosourcés
Ces dispositifs visent à limiter le recours à des équipements chers : une bonne conception bioclimatique associée à une double flux et un système d’eau chaude solaire peut permettre de ne pas avoir recours à un système de chauffage. Les énergies propres seront bien entendu privilégiées mais nous gardons à l’esprit que la meilleure énergie est celle qui est gratuite ou celle que l’on n’utilise pas.

QUALITÉS & AMÉNITÉS DES HABITATIONS

La qualité du logement est une préoccupation fondamentale. Plusieurs thèmes sont essentiels :
– La dimension rituelle [le quotidien, l’usage], l’appropriation [rêves & aspiration] et l’évolutivité. Il s’agit de répondre à la diversité des besoins et des modes de vie actuels et futurs
– Les espaces partagés & les services mutualisés (stationnements, vélos, poussettes)
– L’Interface public/privé : la limite épaisse, la transition habitée (seuils, entrées, jardins & terrasses)